Panier 0

 

transparent.png

Je m’appelle Mireille

moi bis.png
 
 

Tout a commencé quand...

Il y a une quinzaine d’années, j’ai commencé la couture, presque sur un coup de tête. Pour être honnête, je ne sais plus bien ce qui m’y avait amenée. Je crois que j’étais tombée amoureuse des patrons japonais. Si vous vous intéressez à la couture, je suis prête à parier que vous en avez vu ici ou là. J’ai immédiatement aimé ces formes simples, des schémas minimalistes et pourtant si clairs. J’ai appris la couture en japonais… Vous y croyez ? Malgré la nécessité de déchiffrer les termes, je trouvais que quelque part ces instructions parlaient davantage à mon cœur que les patrons Burda auxquels j’avais tenté de m’attaquer ici ou là. Ma passion était telle que pendant une période, j’ai cherché à apprendre le japonais.


 
 
7719 - Shirt on Hanger.png

MA PÉRIODE “T-SHIRTS” 

Je me suis construit quelques jolies pièces et j’ai développé ma nouvelle passion en me spécialisant dans les t-shirts. J’ai ouvert une boutique Etsy et je vendais des t-shirts originaux, ce qui incluait des tissus à motifs, des broderies ou des superpositions. J’ai aimé cette période-là, même si cela impliquait de coudre à la chaîne. Je me suis découragée quand j’ai compris que même dans mes meilleurs jours, je ne parvenais que difficilement à coudre quatre t-shirts. Quand on trouve dans la grande distribution des pulls à moins de dix euros, ça devient difficile d’imaginer pouvoir en vivre ! J’ai donc rangé ma machine à coudre, ne la sortant plus qu’ici ou là pour me coudre un petit haut ou une robe.

 
 

 
 

CE CORPS QUI CHANGE 

Et puis, il y a deux ans, mon corps a changé : j’ai pris un peu de poids et mes séances de shopping ont passé de corvée à torture. Comme je suis coutumière des solutions radicales et excessives, j’ai alors décidé de me coudre ma propre garde-robe. Je ne trouve pas de robe à ma morphologie… Je vais me coudre la robe parfaite. En théorie, tout cela paraissait assez simple et logique, mais dans la pratique, comme souvent, ça s’est avéré un peu plus complexe ! J’ai dû beaucoup apprendre : les techniques de couture, les tissus, le modélisme de patron, mais aussi et surtout, j’ai dû apprendre à me regarder, à apprivoiser ce corps qui avait changé. J’ai appris que les mesures ne sont que des chiffres, que la taille ne dit rien de ma valeur et qu’il existe des astuces pour habiller ma morphologie et la mettre en valeur.

beach.jpg
 
 

 
 
two other women.png

PARTAGER 

Et aujourd’hui, j’aimerais partager ce que j’ai appris au long de ce long processus, jalonné d’essais et d’erreurs, de frustrations, mais aussi de moments de révélation et de joies. C’est important pour moi de le partager parce que :

1.    J’adore partager

2.    Le discours de notre société est tellement orienté « avoir un corps de rêve » que la plupart (pour ne pas dire la totalité) des femmes ont un problème avec leur corps. Nous sommes dans une société de presque détestation de soi. Je suis sûre que vous savez de quoi je parle ? Je crois qu’il est temps pour un changement. Il est temps de faire la paix avec son corps, d’établir une nouvelle relation. Et je sais qu’il est impossible de se sentir bien dans son corps sans être bien dans ses fringues. Comment faire la paix si ce jeans vous serre à la taille, étrangle vos mollets ? C’est une vaste bataille que je vous propose de commencer dans votre garde-robe.

 
 

 
 

ET VOUS? 

Êtes-vous la femme qui rêve d’une petite robe juste faite pour elle ? Ou celle qui préfère passer du temps derrière sa machine à coudre plutôt que dans les magasins ? L’idée de vous construire une garde-robe capsule qui vous corresponde vous semble plus attractive que courir les cabines d’essayage et acheter ce petit haut ou ce jeans parce que l’un était soldé et l’autre plus ou moins à votre taille ? Tout ceci vous tourne dans la tête, mais vous ne savez pas bien par où commencer ? Nous pourrions peut-être faire un bout de chemin ensemble…